La danse contemporaine ''Que ma joie demeure!'' - France

La compagnie Fêtes galantes: La compagnie Fêtes galantes, créée en 1993 par Béatrice Massin, développe les multiples aspects de la danse baroque ainsi qu’une écriture chorégraphique née de la confrontation entre le style baroque et la danse d'aujourd'hui. En s'écartant de toute entreprise de reconstitution, la compagnie a choisi de faire entendre, à notre siècle, un baroque qui intéresse le contemporain.

Que ma joie demeure !
Si le corps du danseur était un instrument de musique...
Si la Compagnie Fêtes galantes devenait un orchestre chorégraphique...

Un sol rouge, éclatant, conçu pour devenir sous les pieds des danseurs un instrument de musique laissant sonner les « glissés », les « tombés », les « frottés » spécifiques à la danse baroque. Des costumes sobres permettant de lire les corps. Un jeu de couleurs chaudes et lumineuses, jouant sur une harmonie, des nuances subtiles propres à chaque interprète. Un détail vestimentaire, clin d’œil, nécessaire pour installer une complicité avec le monde baroque.
Une architecture chorégraphique à partir de phrases, très lisibles d’abord, à l’unisson puis en canons, en fugues, en questions, en réponses, en sujets, en contre-sujets. Un son recherché et longuement étudié des pas, base de la phrase chorégraphique, partant de l’ensemble parfait pour aller vers la plus grande des polyphonies. La musique de J. S. Bach se glisse alors dans cette charpente chorégraphique conçue pour l’accueillir et jouir de son dynamisme et de sa plénitude. La musique arrive donc en contraste ou en prolongement des climats installés par la danse. La danse est un complément, une prolongation de la musique. Il y a des moments où seul le son des pas des danseurs accompagne les mouvements. Cela permet de mieux apprécier le moment où cette danse en silence se fond dans la musique. Un dialogue de plaisir entre la musique et la danse ; le mouvement indispensable à la musique et à la musicalité de la danse.

 

 

 
---